Accueil
Collection
l'Atelier
Dossiers HiFi
Publicités et réclames
La banque
Contact  /  Liens

journal d'atelier  

LOEWE OPTA Hellas, pourquoi pas hélas ?

L'annonce était alléchante, ce récepteur bien coté était proposé à un prix dérisoire, complet et en état de fonctionnement !

Effectivement, lors de la récupération tout semble normal, avec même la saleté habituelle, essentiellement à l'endroit du clavier et des boutons.
C'est une fois à l'atelier que les choses se sont compliquées. Effectivement une rapide mise sous tension a pu démontrer que l'on entendait bien la radio dans les HP, mais d'une façon guère probante. Point positif : pas de problème majeur avec l'électronique : un examen du châssis montre qu'il faudra remplacer la quasi totalité des condensateurs, mais c'était l'usage sur des appareils d'avant 63~64.
En revanche, la mauvaise surprise fut la découverte d'une pseudo restauration sous forme d'un vernis de mauvaise qualité appliqué sur les enjoliveurs plastique du bloc clavier. Clairement l'ensemble est fichu, irrémédiablement : seule solution retrouver ces pièces : mauvaise nouvelle !

Lors du transport, il m'avait semblé que la caisse était "souple". En fait, il s'est avéré que la colle n'avait pas tenu dans le temps, les arceaux de maintien ne maintiennent plus rien, c'est miraculeux si en le soulevant comme d'habitude le plafond de la caisse ne se brisa pas sous le poids.

Examen plus minutieux : tous les renforts sont décollés, une tentative de fixation a été mal faite avec une colle genre gomme. En prime une des deux grilles latérales a été cassée, recollée sommairement avec je ne sais quoi (ça n'a pas tenu), bref, la galère continue.

Eh bien, il y a du boulot !!

LOEWE OPTA Hellas 4791W
Début des travaux : mai 2013
Etat général, défauts constatés Récepteur en état de fonctionnement, mais la qualité restituée laisse à penser qu'il ne faut pas forcer, mais remplacer les prinvipaux composants d'époque.
Cosmétique déplorable, grille latérale cassée, vernis en très mauvais état, joncs décollés, mais la toile est très propre.
L'électronique A peu près valide.
Vérifier la position des lampes finales, il pourrait bien y avoir inversion entre la voie droite et la voie gauche.
Refixer les lampes cadran qui tiennent avec du shatterton.
Remplacer les condensateurs papier et les chimiques.
Opérer un nettoyage intégral, essentiellement au niveau du clavier
Protection clavier

Irrécupérable, il va falloir trouver des pièces de remplacement

Toile et HP

Toile très propre. HP bien centrés, cônes non déformés, en revanche absence complète de la mousse-joint.

Caisse bois Structure fragilisée par décollement des arceaux de maintien.
Décollement de placages.
Décollement des joncs (entourage de caisse et entourage clavier)
Commentaire / analyse Compte tenu du descriptif, l'essentiel est de refaire la caisse, pour l'électronique ce n'est pas un souci, ça viendra ensuite.

 

 

Restauration de la caisse

Les collages

Collage des structures.
C'est un travail de patience, pas très compliqué mais lent parce qu'il faut respecter les temps de prise de la colle. L'outillage nécessaire est rudimentaire, il suffit de bien gratter le bois avant de le tartiner de bonne colle moderne, ensuite tenir pressé le temps de la prise.
Donc, en plus d'un gratteur (j'utilise un opinel), il est bon d'avoir également du papier de verre pour finir le grattage, une brosse métallique douce et un bon pinceau pour enlever tous les résidus. Bien étaler la colle à bois sur l'une des deux faces, positionner avec précision les deux pièces et les maintenir avec des pinces presses. Attention à ne pas faire bouger la pièce mobile lors du serrage, ça arrive souvent et les conséquences peuvent être irréversibles !

Collage de placage
Chaque fois que possible, en même temps que les structures, on recolle les placages, ici celui du haut de la calandre. En fait, je suis surtout limité par le manque de presses.
Technique identique à celle des structures, le secret d'un bon collage réside dans le pressage. On notera sur la photo (3) le maintien latéral de la pièce de placage, pour empêcher le glissement d'icelle
Le journal d'atelier se rédige pendant que la colle prend, mais le reste du temps sert à continuer la restauration électronique.


Collage du contrefort latéral

Collage de l'arceau arrière

Collage d'une pièce de placage
     

Réfection des HP

Il y a toujours un joint d'étanchéité qui isole le saladier du HP (sa carcasse métallique) du panneau sur lequel il est fixé. Traditionnellement on utilise une bande de liège. Vers la fin des années 50 les constructeurs allemands ont opté pour une nouvelle technique : isolation par des patins caoutchouc au niveau des vis de fixation et joint en mousse pour assurer l'étanchéité. Pour mémoire, celle-ci est essentielle si l'on veut convenablement restituer les sonorités graves ;quant à la suspension, elle doit prévenir les vibrations parasites.
Cette nouvelle technique est particulièrement efficace, mais avec le temps la mousse utilisée s'est délitée provoquant de multiples fuites acoustiques (1).
La restauration consiste à replacer un nouveau joint mousse, pour faire simple et efficace je prends du joint de fenêtre (2). Dans le cas du Hellas, le tampon anti vibrations est suffisamment épais pour que ça ne fonctionne pas : mon joint ne touche pas le panneau (3). J'ai donc du procéder autrement en collant sur le panneau du double face sur lequel j'ai collé une bande de mousse intercalaire (4).
Lors de la fixation du HP, il est bon de ne pas visser à fond afin de conserver l'élasticité du montage, ce qui a comme conséquence de permettre aux écrous de se dévisser : en fin de vissage, une goutte de vernis bloque l'écrou et le problème est résolu (6).

(1) Situation de départ : l'ancien joint s'élimine simplement avec un pinceau !

(2) Pose d'un joint moderne

(3) Ce qui arrive si le tampon caoutchouc est très épais

(4) Pose du joint intercalaire

(5) Le résultat final
(6) Sans oublier la goutte de vernis !

 

Refixation des joncs et de la grille cassée

Lors du démontage de l'appareil, j'ai eu la surprise de voir que je ne pouvais pas sortir le châssis, la vitre cadran tapait contre les montants des HP latéraux. Il est impensable que le constructeur ait prévu de démonter les HP avant de pouvoir sortir le châssis. Il faudra donc retrouver l'astuce lors du remontage.
Pour lors, il n'est question que de replacer les fanons de la grille cassée, ce qui va supposer un collage. Mais avec quelle colle ? Un premier essai avec de la mega strong a l'air concluant, je finirai donc par là, sompte tenu de la fragilité de l'ensemble, il faudra d'abord placer les autres fanons collés sur les flancs de la caisse, puis finir le polissage, puis recoller les joncs et enfin recoller la grille.

Polissage extérieur

C'est toujours la même méthode sur les vernis polyester : un peu de miror, quelques feuilles de sopalin et une grosse quantité d'huile de coude. Le pire c'est que ça marche plutot bien, le miror contient un abrasif très léger. On peut également utiliser un polish voiture spécial peintures ternes, faire un essai avant "là où ça ne risque pas".
Ne pas oublier de bien agiter le bidon avant usage, car l'abrasif se colle au fond et ensuite ça ne fonctionne plus du tout.

Restauration de l'electronique


Ce qui apparait en premier lieu est la quantité astronomique de poussière accumulée dans cet appareil, il y en a absolument partout. Pas terrible pour les potentiomètres à nu, il faudra une bonne dose de bombe contact !
Surprise : le panneau de fond du cadran (en tôle) a été vrillé et repositionné en force ! Question : est-ce d'usine ou suite à une intevention antérieure à la mienne ? Bon, je redresse et passe un coup de bombe de peinture blanche, inutile de perdre du temps avec ça, j'ai mieux à faire à trouver un moyen intelligent de refixer les lampes de cadran.
En même temps je démonte le cache du clavier, effectivement complètement rongé par l'espèce de vernis posé dessus, sur des touches même pas préalablement néttoyées, donc irrécupérables

?
     

 

Resultat final

 

 

Le Coudray TSF V3.
LCTSF © 2003-2022
26/05/13