Accueil
Collection
l'Atelier
Dossiers HiFi
Publicités et réclames
La banque
Contact  /  Liens

Restauration

Composants
Identification europe
Recherche de tube
 
Matériel de mesure
 
Restauration
Notices
Schémathèque
Liens utiles
 
Le journal de l'atelier
 

 

Les étages

On ne le dira jamais assez, la restauration électronique doit suivre un immuable parcours : commencer par la fin et remonter vers l'antenne. La suite de ces notes répond à deux critères : je ne traite que les récepteurs de type superhétérodyne (pratiquement tous depuis 1930) et alimentés en mode alternatif (avec un transformateur d'aliumentation). A noter qu'à quelques variantes près, les récepteurs type "tous courants" peuvent suivre la même procédure dès lors qu'ils sont isolés du secteur par un transformateur d'isolement.

synoptique

 

L'ALIMENTATION

Il est impératif de commencer par ici, car si les tensions délivrées ne sont pas correctes, c'est tout le reste de l'appareil qui devient instable.
Tous les postes à lampes possèdent les mêmes éléments : une valve de redressement pour obtenir du courant continu à partir du secteur alternatif, deux cellules de filtrage, un élément abaisseur de tension et filtrage, et, naturellement, un transformateur d'alimentation.
Ci-dessous le schéma d'une alimentation type avec tous les éléments précités, dont un tube redresseur (nous verons plus loin le même montage avec un redresseur "sec" , selenium et silicium).

Alimentation type

Il est bon de savoir lire un schéma, outre le fait qu'il facilite le suivi des différents circuits il est souvent accompagné d'indications précieuses sur les diverses tensions et intensités définies par le constructeur. Pour faire simple, nous utiliserons des valeurs usuelles telles que 6,3v de tension de chauffage et 250v de HT redressée, tout en gardant présent à l'esprit qu'il existe une multitude de variantes !

Le modèle de tube redresseur détermine la haute tension (HT) qui fournira HT1 au niveau du premier condensateur de filtrage et HT2 au niveau du second condensateur de filtrage. Il existe également des variantes de montages, notamment pour générer le courant de polarisation, nous verrons dans un premier temps uniquement le montage classique, le plus utilisé.

- Il est prudent de placer le fusible sur le calibre de tension le plus élevé, soit 240 ou 245v, en effet le courant secteur est proche de 230 volts.
- Sauf rares exceptions, les deux condensateurs de filtrage sont à remplacer systématiquement lors d'une restauration.
- L'élément de filtrage entre les deux "chimiques" peut prendre des formes diverses : soit une self de filtrage, soit une grosse résistance, mais aussi, sur les appareils d'avant les années 50 une bobine d'excitation qui remplace l'aimant permanent des haut-parleurs
- Certains transformateurs possèdent deux lignes distinctes d'alimentation de chauffage lampes, une ligne pour la redresseuse, une autre pour les autres tubes. Sur les appareils les plus anciens, le chauffage "valve" était souvent de 5 volts.
- spécificité des postes "U" : il peut s'agir de postes tous courants, faciles à identifier car ils ne possèdent pas de T.A. mais il se peut que ce soient des récepteurs alternatifs avec les filaments de chauffage montés en série afin de réduire la taille du TA car la somme des tensions de filaments et des lampes de cadran (spéciales) permettaient de faire +/- 110 volts. L'inconvénient de cette méthode est que si l'un des filaments est coupé c'est tout le poste qui cesse de fonctionner.

Si notre circuit d'alimentation est correct (selon nos valeurs type), nous devrons trouver 6,3v alternatif sur notre filament de chauffage et +/- 250v continus au niveau de HT2. Sur les appareils possédant un HP à excitation, il doit y avoir +/- 90v de différence de tension entre HT1 et HT2car le TA délivre 2x350v aux bornes plaques de la valve. Si l'élément abaisseur de tension est une grosse résistance (puissance absorbée entre 3 et 5w), il est impératif d'en vérifier la valeur, si elle est noircie la prudence est de la remplacer, sans oublier de rechercher pourquoi elle a autant chauffé : tout dysfonctionnement dans l'étage BF impacte directement l'étage d'alimentation.

La mise sout tension

Avant de mettre sous tension, il est bon de vérifier la continuité des circuits : le multimètre en position ohmmètre on vérifie que la ligne primaire (côté secteur) est conforme et que l'interrupteur remplit bien sa fonction. On contrôle le fusible de protection et, si tout semble conforme, on raccorde l'appareil au réseau via le montage à lampe dont la présence a été évoquée plus avant, selon le schéma ci-dessous, après avoir retiré toutes les lampes à l'exception de la redresseuse et, éventuellement, de l'oeil magique (s'il existe).

lampe test

Si la lampe test s'allume franchement, on arrête tout immédiatement, c'est qu'il y a un court circuit à localiser en priorité !!

Si la lampe test reste éteinte ou s'allume très faiblement, on peut continuer. Ce test doit être bref, car il n'est pas bon de laisser en service un appareil partiellement équipé. Toutefois nous aurons pris le temps de vérifier la tension de chauffage (entre 2,5 et 6,3v selon le type de lampe) et voir si l'oeil magique s'est illuminé en vert : si oui, il y a de la haute tension, ça rassure sur la capacité de la redresseuse, si non il faudra commencer par la retrouver !

Avant d'attaquer la partie basse fréquence (BF), on, aura pris le soin de remplacer le condensateur de filtrage. Les puristes expliquent comment vider l'ancienne cartouche pour y loger les condensateurs neufs, personnellement je me contente de couper les fils de la cartouche et de placer les condensateurs modernes sous le châssis en vérifiant SCRUPULEUSEMENT la polarité des condensateurs et aussi la méthode de branchement car, dans certains montages, il y a une rondelle en carton qui isole le condensateur du châssis et le pole négatif d'au moins un des deux condensateurs n'est pas directement relié à la masse, auquel cas il est IMPERATIF de respecter ce montage spécifique.Une fois le filtrage refait, je remplace systématiquement (on ne le répétera jamais assez) le condensateur qui relie la préamplificatrice à la grille du tube final. Ceci fait, je replace le tube final, je n'oublie pas de reconnecter le(s) haut-parleur(s) et je refais une mise sous tension (MsT). Si mon ampoule test reste éteinte ou très faiblement allumée, c'est que, à proiori, tout se passe bien.

A ce stade, je peux laisser l'appareil allumé et avec mon multimètre en position Vcc, je relève les tensions sur ma finale, cathode, grilles G1, G2 et anode, à comparer avec les tensions habituellement requises sur ce type de tube (pour info, je remplace presque systématiquement le condensateur relié à la cathode et vérifie la valeur de la résistance qui lui est jointe, il est important que ces composants soient fiables). Il est habituel d'entendre une légère ronflette dans le HP, pour vérifier que le circuit est ok, je bascule le sélecteur de gammes sur PU et touche la born,e signal ave une pointe de tournevis non isolé afin que mes doigts touchent la lame : si j'entends une forte ronflette variant avec l'action sur le potentiomètre, il y a de fortes chances pour que l'étage BF soit opérationnel. Mais bon, là j'ai anticipé, lol.

LA BASSE FREQUENCE (BF)

Un étage BF classique se compose de deux sections (trois si l'on inclut le(s) haut-parleur(s). On distinguera ainsi la finale (tube pentode (ou penthode), la préamplificatrice. S'agissant de la finale, il existe quelques variantes avec des tétrodes, je laisse aux spécialistes de la technique le soin de développer l'aspect théorique de ces différences, pour ma part, je reste sur un équipement basique, le plus fréquemment rencontré : une triode et une penthode, un transfo de sortie et un HP.

Pour faire simple, après passage dans la détectrice, le signal audio est produit, mais son niveau est inaudible, il faut donc l'amplifier afin qu'il puisse être transformé en signal acoustique tel que l'oreille humaine puisse l'entendre. Le tube final ne peut pas assurer seul cette amplification, il a besoin d'un "booster", un peu comme le tube néon a besoin d'un starter pour s'allumer. Le schéma électronique de cet ensemble est d'une grande simplicité, comme le montre le schéma ci-dessous.

Etage BF type

Notre mission consiste à évaluer la qualité des composants de ce circuit et de remplacer les composants anciens par des substituts modernes, sachant que les pièces usées ou défectueuses peuvent provoquer des dégâts sévères, voire irréversibles.
La première chose à faire est de remplacer SYSTEMATIQUEMENT le condensateur de liaison, son mauvais état pouvant entrainer des dégâts considérables. Il y a lieu aussi de s'intéresser spécialement du circuit de découplage de cathode, sur les appareils d'avant 1962 (environ) le condensateur électrochimique étant souvent défectueux ; il n'est pas rare que la résistance associée ait pu changer de valeur !
On notera que les commandes de volume et de tonalité se font au niveau de la préamplificatrice.

Ces deux sections se révèlent assez simples dans leur conception et leur fonctionnement, il y a peu de composants donc peu de complications pour la remise en route. Un relevé des tensions électriques permettra de vérifier le bon équilibre de l'ensemble, l'excitation de la grille G1 sur la finale confirmera le bon fonctionnement du tube.

Si tout est OK nous serons plus confiants pour contrôler les autres étages.

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4

 


 

 

Le Coudray TSF V3.
LCTSF © 2003-2022
6/07/17